By Simone de Beauvoir

«Nous commencerons par discuter les issues de vue pris sur los angeles femme par l. a. biologie, los angeles psychanalyse, le matérialisme historique. Nous essaierons de montrer ensuite positivement remark l. a. "réalité féminine" s'est constituée, pourquoi l. a. femme a été définie comme l'Autre et quelles en ont été les conséquences du aspect de vue des hommes. Alors nous décrirons du aspect de vue des femmes le monde tel qu'il leur est proposé ; et nous pourrons comprendre à quelles difficultés elles se heurtent au second où, essayant de s'évader de los angeles sphère qui leur a été jusqu'à présent assignée, elles prétendent participer au mitsein humain.»Simone de Beauvoir.

Show description

Read or Download Le deuxième sexe, tome 1 : Les faits et les mythes PDF

Best Feminism books

Other Powers: the Age of Suffrage, Spiritualism, and the Scandalous Victoria Woodhull

Barbara Goldsmith's portrait of suffragette Victoria Woodhull and her instances was once hailed through George Plimpton as "a fantastically written biography of a impressive girl" and by way of Gloria Steinem as "more memorable than a dozen histories. " A hugely readable mixture of historical past and biography, different Powers interviews the tales of a few of the main colourful social, political, and non secular figures of America's Victorian period with the brave and infamous lifetime of Victoria Woodhull--psychic, suffragette, writer, presidential candidate, and self-confessed practitioner of unfastened love.

Girls to the Front: The True Story of the Riot Grrrl Revolution

“For a moment Wave feminist like myself, ladies to front inspires splendidly the best way the iteration after mine soaked up the promise and the punishment of feminist awareness. .. .A richly relocating tale. ” —Village Voice author Vivian GornickGirls to front is the epic, definitive background of the rebellion Grrrl movement—the radical feminist punk rebellion that exploded into the general public eye within the Nineteen Nineties, changing America’s gender panorama endlessly.

I Am Not a Slut: Slut-Shaming in the Age of the Internet

The writer of the groundbreaking paintings Slut! explores the phenomenon of slut-shaming within the age of sexting, tweeting, and “liking. ” She indicates that the sexual double average is extra harmful than ever sooner than and gives knowledge and techniques for relieving its harmful results on younger women’s lives.

Daring: My Passages: A Memoir

The writer of the vintage big apple occasions bestseller Passages returns along with her inspiring memoir—a chronicle of her trials and triumphs as a groundbreaking “girl” journalist within the Nineteen Sixties, to iconic consultant for ladies and males trying to have all of it, to at least one of the foremost political profilers of recent occasions.

Extra info for Le deuxième sexe, tome 1 : Les faits et les mythes

Show sample text content

Toute l'éducation des femmes doit être relative aux hommes... l. a. femme est faite pour céder à l'homme et pour supporter ses injustices », affirme-t-il. Cependant l'idéal démocratique et individualiste du XVIIIe est favorable aux femmes ; elles apparaissent à l. a. plupart des philosophes comme des êtres humains égaux à ceux du sexe fortress. Voltaire dénonce l'injustice de leur style. Diderot considère que leur infériorité a été en grande partie faite par los angeles société. � Femmes, je vous plains ! » écrit-il. Il pense que : � Dans toutes les coutumes los angeles cruauté des lois civiles s'est réunie contre les femmes à l. a. cruauté de l. a. nature. Elles ont été traitées comme des êtres imbéciles. » Montesquieu estime paradoxalement que les femmes devraient être subordonnées à l'homme dans los angeles vie du lobby mais que tout les dispose à une motion politique. � Il est contre los angeles raison et contre los angeles nature que les femmes soient maîtresses de maison... il ne l'est pas qu'elles gouvernent un empire. » Helvétius montre que c'est l'absurdité de son éducation qui crée l'infériorité de los angeles femme ; d'Alembert partage cette opinion. Chez une femme, Mme de Ciray, on voit poindre timidement un féminisme économique. Mais il n'y a guère que Mercier dans son Tableau de Paris qui s'indigne de los angeles misère des ouvrières et qui aborde ainsi l. a. query fondamentale du travail féminin. Condorcet veut que les femmes accèdent à l. a. vie politique. Il les considère comme les égales de l'homme et les défend contre les attaques classiques : � On a dit que les femmes... n'avaient pas proprement le sentiment de los angeles justice, qu'elles obéissaient plutôt à leur sentiment qu'à leur conscience... (Mais) ce n'est pas los angeles nature, c'est l'éducation, c'est l'existence sociale qui reason cette différence. » Et ailleurs : � Plus les femmes ont été asservies par les lois, plus leur empire a été dangereux... Il diminuerait si les femmes avaient moins d'intérêt à le conserver, s'il cessait d'être pour elles le seul moyen de se défendre et d'échapper à l'oppression. » 1 los angeles sociologie n'accorde plus aujourd'hui aucun crédit aux élucubrations de Baschoffen. 2 � Salut, Terre, mère des hommes, sois fertile dans l'embrassement du Dieu et remplis-toi de culmination à l'usage de l'homme », dit un vieux charme anglo-saxon. three Dans l'Ouganda, chez les Bhanta des Indes, une femme stérile est considérée comme dangereuse pour le jardin. A Nicobar, on pense que l. a. récolte sera plus abondante si elle est faite par une femme enceinte. À Bornéo, ce sont les femmes qui choisissent et conservent les semences. � Il semble que l'on sente en elles une affinité naturelle avec les graines dont elles disent qu'elles sont en état de grossesse. Parfois les femmes vont passer l. a. nuit dans les champs de paddy au temps où il pousse » (Hose and Mac Dougall). Dans l'Inde antérieure, des femmes nues poussent de nuit l. a. charrue autour du champ. Les Indiens de l'Orénoque laissaient aux femmes le soin de semer et planter motor vehicle � de même que les femmes savaient concevoir et mettre au monde les enfants, de même les graines et les racines qu'elles plantaient portaient des end result bien plus abondants que si elles avaient été plantées de l. a. major des hommes » (Frazer).

Rated 4.06 of 5 – based on 37 votes